Pont Mathilde et mobilité : notre tribune dans le CREA Mag de janvier 2013

Depuis la fermeture du Pont Mathilde les alternatives au transport routier se multiplient. Nombre d’entre elles
sont préconisées de longue date par les écologistes de la CREA qui défendent une logique globale de
déplacements pour sortir de la dépendance au mode routier. Car c’est possible :

– en développant le ferroviaire et le fluvial pour le transport de marchandises et en déplaçant nos zones
logistiques, desservies uniquement par la route à défaut d’être multimodales, sur les friches industrielles en lien
avec la gare de triage de Sotteville ;
– en renforçant les fréquences, l’amplitude horaire, le maillage des lignes de transport en commun à forte
capacité, pour les déplacements domicile-travail-école ou loisirs ;
– en réalisant un plan ambitieux d’aménagements cyclables, notamment en coeur d’agglomération ;
– en réformant le stationnement, levier du report modal, en renforçant la place du vélo et de la marche qui
doivent être facilités partout ;
– en proposant 5 000 places de parkings P+R le long des lignes structurantes ;
– en créant les liaisons inter-urbaines à l’Est et l’Ouest de l’agglomération (Elbeuf-Barentin et Serqueux-Gisors) ;
– en rouvrant la ligne ferroviaire «Rouen-Evreux» ;
– en proposant une offre de transport à la demande, navettes rapides et de covoiturage pour les territoires
périurbains.

Pour le groupe des élu-es EELV de la CREA, le Président, Cyrille Moreau
Le Président