Seine Ecopolis : une pépinière pour développer l’éco-construction !

[Communiqué de David Cormand, Conseiller communautaire Délégué au développement de la filière de l’éco-construction]

Le secteur de l’éco-construction a un fort potentiel de développement en France et dans notre agglomération. De quoi s’agit-il?

Consommer moins d’énergie

Depuis le grenelle de l’environnement, de nouvelles normes de constructions imposent des performances énergétiques plus efficaces. L’objectif est de tendre vers la construction de logements et de bâtiments à énergie passive, voire à énergie positive (c’est-à-dire qu’ils produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment).

Mais au-delà des enjeux autour de la construction neuve, il y a également le chantier de la rénovation des constructions existantes. L’objectif est d’améliorer la performance énergétique de l’ancien.

Consommer moins d’énergie, cela permet de réduire les factures des ménages, des entreprises et des collectivités. Cela permet également de diminuer les pollutions et les émissions de carbone.

Produire de l’énergie renouvelable

Dans le même temps, le secteur de la construction doit développer l’équipement des bâtiments avec des productions énergétiques : panneaux solaires pour l’eau chaude, panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité, biomasse, géothermie. Il s’agit de produire à proximité des lieux de consommation.

Utiliser des matériaux durables

Le secteur du bâtiment doit aussi être en capacité de proposer des matériaux de construction durables : bois, lins, chanvre.
Depuis 2009, David Cormand est en charge, à la CREA, du développement de la filière de l’éco-construction. La pose de la première pierre de la pépinière d’entreprises Seine ECOPOLIS constitue un des leviers qui vise à favoriser le développement de cette filière dans l’agglomération. Cette pépinière a pour objectif de réunir des professionnels du secteur afin de favoriser une émulation positive pour l’éco-construction.

Mais il est essentiel que le secteur soit accompagné par un environnement favorable. La commande publique doit soutenir le secteur de la construction, notamment par un volontarisme fort en matière de construction et rénovation de logements, notamment sociaux. La TVA dans la construction et le bâtiment, qui vient d’être remontée à 7% doit être remise à 5,5%.

En effet, ce secteur est fragile. Les prévisions pour 2013 sont inquiétantes en matière d’emplois. Ces emplois, par définition non-délocalisables, doivent être soutenus.

La formation des professionnels du secteur doit être renforcée pour que les nouvelles normes et techniques soient diffusées et connues par les différents acteurs. Les filières manquent encore de structuration avec des garanties suffisantes : recherches et développement pour les nouveaux matériaux, certifications, programmes de formation, labels, garanties décennales.

Pour développer massivement cette filière d’excellence dans la construction, un accompagnement ambitieux du secteur doit être assumé par les différentes collectivités en fonction de leurs compétences respectives.

Pour les écologistes, la pose de cette première pierre est un premier pas en faveur de l’innovation dans un domaine porteur tant en matière économique, social et environnemental.

Rappelons que les perspectives en matière d’emplois dans les secteurs de l’énergie renouvelable et l’éco-construction sont de plusieurs centaines de milliers en France, et plusieurs milliers dans notre région.

Publicités